Brenda Villa: I Moved Away From Home Before Retiring To Have Space To Process My Transition.

….Brenda Villa is the most decorated water polo player in the US. She has won everything before retiring in 2012. Originally from East Los Angeles, she moved to the Bay Area in 2010, two years before retiring. She started coaching at a private all-girl high school where she now works full-time as a water polo and swim coach and in the Equity and Inclusion department. She is also involved in multiple volunteering positions locally and nationally.

..

Brenda Villa est la joueuse de water-polo la plus décorée des États-Unis. Elle a tout gagné avant de prendre sa retraite en 2012. Originaire de l'est de Los Angeles, elle a déménagé dans la région de San Francisco en 2010, deux ans avant de prendre sa retraite. Elle a commencé à entraîner dans un lycée privé pour filles où elle travaille maintenant à plein temps comme entraîneure de water-polo et de natation et au sein du service de l'équité et de l'inclusion. Elle est également impliquée dans plusieurs postes bénévoles aux niveaux local et national. ….

blob

….When did you start Water Polo and how?

At six years old, my brother and I started taking swimming lessons at the local school across the street from my house. We tried the swim team and then the water polo team. The club had a very good water polo team.

Can you give us a brief summary of your career?

My club team Commerce Aquatics was very successful at the national level. We won every age level at Junior Olympics. I then played water polo on an all-boy high school water polo team. In 1999 and 2000, I trained for the Olympics. Then, I went on to play for Stanford and won an NCAA title. After Stanford, I went to Athens 2004 and then played in Italy and won the Italian League title and a LEN Champions’ Cup title. I won gold medals at the 2003, 2007 and 2009 World Championships, at the Pan-American Games, Super World League and World Cup and Silver at the 2005 World Championships. I also won several Olympic medals: Bronze in 2004, Silver in 2000 and 2008 and Gold in 2012.

Are you the most decorated women water polo player in the US?

So I’ve been told. There are also other athletes who have now placed better than us but they don’t have the same amount of “hardware”. Fina also awarded me the female athlete of the decade from 2000 to 2010.

When did you retire?

In 2012, right after London. I knew I would be done after the 2012 Games.

When did you start thinking of retirement?

I thought about it after 2008 but decided to continue and then in 2010, I wasn’t having as much fun, I started thinking about it again. 2011 came around and I decided to push for it until London but I knew I would be done after that.

Had you started planning knowing you would be fully done after London?

Yes and No. I knew I didn’t want to be in my hometown for my retirement as I didn’t want to face the pressure and questions of people asking me what I would do next. I discussed my next moved with my college coach who was my mentor. I wanted to see what opportunities I would available in NorCal for me. In the fall of 2010, I moved to Northern California. I was coaching a high school team and training with my college team.

Did you become a professional water polo player after Stanford?

Yes.

Can you survive playing water polo professionally?

Yes but it is difficult. My rent was covered and I received a little bit of money. But my family had limited means and this didn’t allow me to save as much as some of my other teammates. I had to live off my winnings and sponsorship money and this was never enough to save anything.

What did you do after you retired?

I was already coaching at the high school and I knew I would continue to do that. It is at a private all-girl school. With the money I won in London and the advertising campaign I did with P&G “Thank you Mum”, I had enough to allow me to last a year with my part-time coaching and figure things out.

What have you done since London and what do you do now?

I started a program for the under resourced in the Bay Area. I coached the high school fall season. And then three years ago, I got hired to work full time for the school. I coach water polo and swimming and I also work in the community engagement department. I work with the students: I help them collaborate with outside groups and I run a summer program at the school.

Did you always want to work at a school?

I had never thought of working at a school because I’m not a teacher. Now I realize that some of the work I was doing with the under-resourced community is part of equity and inclusion work. There is a space in the independent school system to do that type of work.

How was your transition after you retired? What challenges did you face?

It was hard for a year at least. To be the best at something and then have to figure things out on your own is challenging. I spoke to the psychologist from the US Olympic Committee. I remember driving from LA to San Francisco and crying talking to him on the phone wondering what I was going to do. It is hard not knowing if you are going to be as passionate about something as you were with your sport.

Do you feel you are still transitioning?

Yes I am still transitioning. Now I know what my skills and resume can get me but I don’t know exactly what I want to do. I am trying to think about what skills I can leverage moving forward.

Do you know what job you would want to do in the future?

I have some ideas. For example, I would love to work for LA 2028. It is my hometown and I would love to be involved, maybe managing one of the venues or continuing the legacy after the Games. I need to move back to LA to be in a position to be ready for this. Maybe I could combine working for a high school using the skills and experience I currently have with something with LA2028 or the local community.

You played a team sport, how did you manage the loss of social network after retiring?

This is what I missed the most: the everyday automatic support. When you are having a though day, there is always someone to see you, touch you and support you. When everything was over, we were no longer in the same room, the same area and we had to text to stay in touch but it is not the same.

Did you have any other support system?

Yes, my college coach who lives in the Bay Area. After London, I probably met with him weekly for coffee for about a year. It is so great and it reinforced the fact that I made the right decision in picking Stanford as my college. It is amazing that this older guy who has a completely different background to mine is able to help me and we can relate to each other. We didn’t just talk about water polo we also talked about life. We haven’t met recently but it is either because I am okay or we are just both too busy.

What about your physical changes and not having to exercise daily? How did you deal with that?

Oh my god, I haven’t dealt with that at all!

In 2014, I was getting married so I trained a bit before that. I did boot camp with a friend and we trained together. Then I had my first kid and now I really need to get fitter if I want to have another one. This is definitely an area where the transition has been awful. The only form of exercise I like is playing water polo and it is not very accessible. I hate exercising on my own. I need support around me.

Can you exercise and not be competitive about it?

Yes. When it comes to things like boot camp, I know I am not the fastest or strongest so I am not going to try to beat everybody and kill myself but I do know I have endurance and the will to finish.

Was your husband involved in your transition?

He and I have been dating since 2008 and we have known each other since high school. I think it is hard for him because I am so involved with water polo. I am still so involved and busy and he probably thought I would be done with water polo after I retired. So we are still transitioning as I am still giving so much time to water polo.

Are you still involved in water polo?

I am coaching at the high school. I am on the Board of USA Water Polo. I am on the Executive Committee of UANA (Americas Aquatics Association). I give clinics here and there. I have a small club team in Menlo Park. I am on the Advisory Committee for the Women’s Sport Foundation. It is not water polo only but still sport related.

How do you manage all of this with a 2-year old?

I don’t know! Now, I’ve started thinking about reducing some of my involvement. But a lot of these things are four-year terms so soon I will have to start making some choices, as I don’t want to be away that much.

Do you travel a lot?

It is scattered but most of it is during the summer. For example, I am going to China for the FINA Aquatics Convention and I will go to the Pan-Am Games in August.

Have you considered working in sport administration? You have the perfect profile for this.

I would love to push the equity between genders and to promote better access to sport especially for water polo which is a very affluent sport. But a lot of these administrative or political positions are volunteer positions. I don’t have the means to be able to pursue these positions full time.

Have you considered following a more “traditional business” career after Stanford and move away from want polo?

I did want to be a lawyer. But I would have had to compromise my competitive career and it didn’t make sense for me at that time. I was focused on my sporting career. I have considered doing a master since I retired. But is it worth the time and investment? I would prefer to be trained on the job so I would not have to get into debt to learn.

Is this something you wish you had thought of when you were still competing?

There is a program at Stanford where you can do your undergraduate and a master in five years. In hindsight, I would have like to do this especially as I only played three seasons so I should have been able to put the time into it. But at that point, I was older and I wanted to be done with school. 

Did your family give you guidance with education and studies?

There is no academic experience at home. My parents didn’t go to college. Even on my recruiting trips, I had my club coach on some of the meetings because my parents didn’t necessarily understand all the nuances of collegiate athletics.

What skills have you transferred from your sport that you use in your work or every day life?

I am great collaborator, a great team player. At my school, this is what we are trying to teach to incoming students.

I am also flexible and willing to work through things. I am willing to work long hours or to make decisions to help everyone. I don’t get frazzle too easily.  I don’t think of myself as enthusiastic, smiling and engaged but others see me that way. I always think of my competitive self and being driven.

Did you have time to do other things when you played water polo professionally?

I didn’t and that is one thing I wish I could have done. Some of my teammates did and they had internships. I did do a “Ready Set Go” program down in LA and it interested me. In this program, you are teamed up with a school and you conduct a kind of PE lesson with the student to keep them active and engaged.

Do you still play water polo?

I went 2017 Master World Championships so I played in the lead up to that. I play Master National every summer except the summer my daughter was born. Since June, I haven’t played much because life has been so busy.

Are you still in touch with your teammates?

Yes. I am in contact with teammates from most of my teams via group texts, Instagram. We don’t talk every day but we are still connected.

Do you have other interests outside of sport or water polo?

Right now, I like to spend time with my family and I like to travel. Having a child changes your perspective and it heightened everything. I want to be able to show my daughter the world and spend time with her. I would say that the political climate has peaked my interest and motivated me to do more in my communities and not necessarily limited to water polo.

Do you miss the highs and lows of competition?

For sure. I don’t think it could ever be the same. Although, I had a similar feeling as a coach recently. We lost a game and now I can’t help thinking about what we need to do to win. It made me think about what I would do if I were coaching at the highest level. I liked being at the elite level because there were a lot of tactical elements whereas, at the high school level, you teach mostly technique.

Did your teammates support you during your transition?

Several of us retired after London and it was important for us to stay connected and did things together. It helped with closure. And we wanted to learn how to interact with each other after our sporting career.

Did you receive support from other people?

I was connected enough that I had a lot of opportunities to discuss and connect with people but I wasn’t ready. I had these conversations with my contacts but I wasn’t ready to ask for what I needed or to leverage any of these connections in a meaningful way. I was so into my head and trying to understand where I was at and how to deal with my transition.

Follow Brenda on LinkedIn.

..

Quand as-tu commencé le water-polo et comment ?

À six ans, mon frère et moi avons commencé à prendre des cours à l'école de natation locale. Nous avons ensuite essayé le club de natation puis l'équipe de water-polo qui était très reputée.

Peux-tu décrire ta carrière ?

Mon équipe de club, Commerce Aquatics, a eu beaucoup de succès au niveau national. J'ai probablement remporté les Championnats pour chaque groupe d’âge. J'ai ensuite joué au water-polo au lycée dans une équipe composée uniquement de garçons. En 1999 et 2000, je me suis entraînée pour les Jeux olympiques. J'ai ensuite joué pour Stanford et remporté un titre NCAA. Après Stanford et Athènes, je suis allée jouer en Italie et j'ai remporté le titre de la ligue italienne et un titre de la Coupe des champions. J'ai également remporté l'or aux Championnats du monde 2003, 2007 et 2009, aux jeux Pan-Américains, à la Super World League et à la Coupe du monde et l'argent aux Championnats du monde 2005. J'ai plusieurs médailles olympiques : le bronze en 2004, l’argent en 2000 et 2008 et l’or en 2012.

Es-tu l’athlète de water-polo féminin la plus décorée aux Etats-Unis ?

Oui et non. Techniquement, je partage ce titre avec une autre co-équipière qui a eu la même carrière que moi. Maintenant, il y a aussi d'autres athlètes qui se sont mieux classés mais ils n'ont pas autant de "médailles". Fina m'a également décerné le trophée de l'athlète féminine de la décennie entre 2000 et 2010.

Quand as-tu pris ta retraite ?

En 2012, juste après Londres. Je savais que j'aurais terminé après les Jeux de 2012.

Quand as-tu commencé à penser ta retraite ?

J’ai pensé à prendre ma retraite après 2008, mais j’ai finalement décidé de continuer. En 2010, je prenais moins de plaisir à jouer, j’ai donc recommencé à penser à ma reconversion. L'année 2011 est arrivée et j'ai décidé de pousser jusqu'à Londres sachant j’arrêterai après.

Avais-tu commencé à planifier ta reconversion sachant que tu aurais terminé après Londres ?

Oui et non. Je savais que je ne voulais pas être dans ma ville natale pour ma retraite, car je ne voulais pas faire face aux pressions et aux questions des gens me demandant ce que je ferais par la suite. J'ai discuté avec mon coach universitaire qui était également mon mentor. Je voulais voir quelles opportunités seraient disponibles à San Francisco. À l'automne 2010, j'ai donc déménagé dans le nord de la Californie. J'entraînais une équipe de lycée et je m'entraînais avec mon équipe universitaire.

Etais-tu joueuse de water-polo professionnelle après Stanford ?

Oui.

Peux-tu survivre en jouant au water-polo de manière professionnelle ?

Oui et non. Mon loyer était couvert et je recevais un peu d'argent. En revanche, ma famille ne me soutenait pas financièrement et je n’économisais pas comme certaines de mes co-équipières. Je devais vivre de mes gains et de l'argent des sponsors et cela ne suffisait jamais pour le mettre des sous de coté.

Qu’as-tu fait après ta retraite ?

J'étais déjà entraîneur de water polo dans un lycée et je savais que je continuerai. C'était dans une école privée pour filles. Avec l'argent que j'ai gagné à Londres et la campagne publicitaire que j'ai menée avec P & G « Merci, maman », j'ai eu assez pour tenir une année en entrainant  à temps partiel et essayer de savoir ce que je souhaitais faire.

Que fais-tu depuis Londres ?

J'ai lancé un programme pour les personnes a faible revenu dans la région de San Francisco. J’entraine l’équipe de water polo du lycée. Et puis, il y a trois ans, j'ai été embauché pour travailler à temps plein dans cette école. Je suis entraîneure de water-polo et de natation et je travaille également au département pour l’engagement communautaire. Je travaille avec les étudiants: je les aide à collaborer avec des groupes extérieurs et je dirige un programme d'été à l'école.

Est-ce ce que tu souhaitais faire travailler dans une l'école ?

Je n'avais jamais pensé à travailler dans une école car je ne suis pas enseignante. Maintenant, je me rends compte qu'une partie du travail que je faisais dans ma communauté fait partie d’un secteur d’activité spécifique qui s’appelle : équité et inclusion. Dans le système scolaire indépendant, il y a de la des moyens pour ce type de travail.

Comment s'est passée ta transition après ta retraite? Quels défis as-tu rencontrés ?

Ca été dur pendant au moins un an. J’ai été la meilleure dans mon domaine et ensuite tout s’est arreté et j’ai essayé de comprendre ce qui m’arrivait. J'en ai parlé au psychologue du comité olympique américain. Je me souviens l’avoir appelé pendant mon trajet entre LA et San Francisco. J’étais en pleure me demandant ce que j'allais faire. Il est difficile de ne pas savoir si tu vas être aussi passionné par quelque chose d’autre que ton sport pour le reste de ta vie

Penses-tu être encore en transition ?

Oui je suis encore en transition. Je sais ce que mes compétences et mon CV peuvent me procurer, mais je ne sais toujours pas exactement ce que je veux faire. J'essaie de penser aux compétences que je peux exploiter.

Sais-tu quel boulot tu voudrais ?

J'ai des idées. Par exemple, j'aimerais travailler pour LA 2028. C'est ma ville natale et j'aimerais participer, peut-être gérer l'un des sites ou continuer l'héritage après les Jeux. Mais je dois d’abord retourner à Los Angeles et être en mesure de participer. Peut-être pourrais-je combiner un boulot dans un lycée en utilisant les compétences et l'expérience que j'ai actuellement avec quelque chose avec LA2028 ou dans la communauté locale.

Tu as pratiqué un sport d'équipe, comment as-tu géré la perte de réseau social ?

C'est ce qui m'a le plus manqué : le soutien automatique au quotidien. Quand vous avez un jour ou ca va pas, il y a toujours quelqu'un pour vous soutenir. Quand tout a été fini, nous n'étions plus dans la même pièce, dans la même ville et nous échangions par textos mais ce n'est pas pareil.

As-tu un autre système de soutien ?

Oui, mon entraîneur universitaire qui vit à San Francisco. Après Londres, je l'ai probablement rencontré chaque semaine pour un café pendant environ un an. C’est formidable de pouvoir compter sur quelqu’un comme ca et cela a renforcé le fait que j’avais choisi la bonne université. Ce qui est incroyable, c’est que nous avons un vie et un passé complétement différent et qu’il est plus âgé et pourtant nous pouvons nous nous comprenons. Nous n’avons pas parlé que du water-polo, nous avons aussi parlé de la vie en général. On ne s’est pas vu récemment, mais c’est soit parce que je vais bien, soit que nous sommes tous les deux très occupés.

Qu'en est-il des changements physiques ? Comment as-tu géré ça ?

Oh mon dieu, je n’ai rien géré !

En 2014, je me suis mariée donc je me suis entraînée un peu avant. J'ai fait un boot camp avec une amie et nous nous sommes entraînées ensemble. Ensuite, j'ai eu mon premier enfant et maintenant je pense que je devrais me remettre au sport si je veux en avoir un autre. C’est définitivement le domaine où la transition a été très difficile. La seule forme d’exercice que j’aime, c’est jouer au water-polo mais ce n’est pas facile et peu accessible. Je déteste m’entrainer toute seule. J'ai besoin de soutien autour de moi.

Peux-tu t’entrainer sans être compétitive?

Oui. Par exemple pour le boot camp, je sais que je ne suis pas très bonne, alors je ne vais pas me tuer pour essayer de battre tout le monde !

Comment ton mari a-t-il été impliqué dans ta transition ?

Nous sortons ensemble depuis 2008 et nous nous connaissons depuis le lycée. Je pense que c'est difficile pour lui parce que je suis encore très impliquée dans le water-polo. Je crois qu'il pensait que j'en aurais fini avec le water polo après ma retraite. Donc je pense que nous sommes encore en transition, car je consacre encore beaucoup de temps au water-polo.

Es-tu toujours impliqué dans le water-polo ?

Je suis entraîneur au lycée. Je suis membre du conseil d’administration de USA water-polo. Je suis membre du comité exécutif de l'UANA (Association des sports aquatiques pour les Amériques). Je donne des cliniques ici et là. J'ai une petite équipe de club à Menlo Park. Je suis également au comité consultatif de la Dormant Sport Foundation. Ce n’est pas du water-polo mais reste lié au sport.

Comment gères-tu tout cela avec un enfant de 2 ans ?

Je ne sais pas! Je pense désormais à réduire une partie de mes engagements même si beaucoup de ces mandats durent quatre ans. Je vais bientôt commencer à faire des choix car je ne veux pas voyager autant.

Voyages-tu beaucoup ?

Oui mais la majeure partie est en été. Par exemple, je vais en Chine pour la FINA pour l’Athlete of the Year ce mois-ci et j'irai aux Jeux panaméricains en août.

As-tu envisagé de travailler dans l'administration du sport ? Tu as le profil parfait.

Oui. J'aimerais pousser l'équité entre les sexes et promouvoir un meilleur accès au sport surtout dans le water polo qui est un sport de riche aux USA. Mais beaucoup de ces postes administratifs ou politiques sont des postes bénévoles et je n’ai pas les moyens de pouvoir occuper ces postes à temps plein.

As-tu envisagé de poursuivre une carrière plus «traditionnelle» après Stanford et de vous éloigner du water polo?  

Je voulais être avocate. Mais j’aurais dû compromettre ma carrière sportive pour y arriver et ce n’est pas ce que je souhaitais à l’époque. J'étais concentrée sur ma carrière sportive. Aujourd’hui, je me demande si je ne pourrais pas faire un Master mais cela vaut-il le temps et l'investissement? Je préférerais apprendre de nouvelles compétences sur le terrain dans le monde du travail.

Est-ce quelque chose que tu aurais voulu intégrer quand tu étais encore à Stanford ?

Il existe un programme à Stanford où vous pouvez faire votre premier cycle plus une maîtrise en cinq ans. Avec le recul, j'aurais aimé faire cela d'autant plus que je n’ai joué que trois saisons avec Stanford et que j'aurais donc eu le temps. Mais à ce moment-là, j'étais plus agée que les autres à l’université et je voulais en finir avec les études.

Ta famille t’ a-t-elle guidé dans ta scolarité et tes études ?

Non, Il n'y a pas l'expérience à la maison. Mes parents ne sont pas allés à l’université. Même lors de mes voyages de recrutement, je devais avoir mon entraîneur de club dans certaines réunions car mes parents ne comprenaient pas nécessairement toutes les nuances du sport universitaire.

Quelles compétences as-tu transférées de ton sport dans ton travail ou dans ta vie quotidienne ?

Je suis une excellente collaboratrice et je travaille bien en équipe. Dans mon école, nous essayons d’enseigner cette compétence aux nouveaux étudiants. Pour certains étudiants qui sont très performants, c'est très difficile.

Je suis flexible et disposée à travailler de longues heures ou à prendre des décisions pour aider le groupe ou un projet. Je ne me fais pas trop facilement, je suis résistante au stress. Je ne me considère pas enthousiaste, souriante et engagée, pourtant beaucoup me voient ainsi. Moi, je pense toujours être compétitive et motivée.

As-tu eu le temps de faire autre chose quand tu jouais au water-polo de manière professionnelle ?

Non, je n’ai pas pris le temps et je le regrette. Certaines de mes co-équipières ont pris le temps et fait des stages. J'ai tout de même participe à un programme «Ready Set Go» à Los Angeles et cela m'a intéressé. Il s’agissait de donner des leçons d’éducation physique pour maintenir les élèves en forme.

Joues-tu encore au water polo ?

Je suis allée aux Championnats du monde Master 2017, alors je me suis préparée pour la compet’. Je participe au Master National tous les étés sauf l'été où ma fille est née. Depuis le mois de juin, je n’ai pas beaucoup joué car je suis très occupée.

Es-tu toujours en contact avec vos co-équipières ?

Oui. Je suis en contact avec mes co-équipières de la plupart de mes équipes nationales via textos et Instagram. Nous ne nous parlons pas tous les jours mais nous sommes toujours connectés.

As-tu d'autres intérêts en dehors du sport ou du water-polo ?

En ce moment, j'aime passer du temps avec ma famille et j'aime voyager. Avoir un enfant change votre perception de la vie. Je veux pouvoir montrer le monde à ma fille et passer du temps avec elle. Je dirais que le climat politique a également suscité mon intérêt et j’essaie d’être plus impliquée dans ma communauté en ne me limitant pas nécessairement au water-polo.

Est-ce que les es hauts et les bas de la compétition te manquent ?

Oui, pour sûr. Je ne pense que je n’aurais jamais les mêmes emotions. C’est un petit peu similaire en tant qu’entraineur. Récemment, nous avons perdu un match et maintenant je ne peux pas m'empêcher de penser à ce que nous devrions faire pour gagner. Cela m'a fait penser à ce qui me plaisait le plus avec le haut niveau. J'aimais l'élite car il y avait beaucoup d'éléments tactiques alors qu'au lycée, on enseigne surtout la technique.

Est-ce que tes co-équipières t’ont soutenu pendant ta transition ?

Plusieurs d'entre nous avons pris notre retraite après Londres et il était important pour nous de rester en contact et de faire des choses ensemble. Cela nous a aidé à cturer nos carrière. Nous souhaitions aussi apprendre à interagir avec le groupe de façon normale après notre carrière sportive.

As-tu reçu le soutien d'autres personnes ?

J'étais suffisamment connectée pour avoir beaucoup d'occasions de discuter et de communiquer avec des gens, mais je n'étais pas prête. Je n'étais pas prête à demander ce dont j'avais besoin ou à exploiter ces liens de manière significative. J'étais tellement « dans ma tête » et j'essayais de comprendre qui j'étais et où j’allais.

Suivez Brenda sur LinkedIn. ….

Myriam GlezComment