....Malia Metella: "Do Not Hesitate To Try Different Things And Change Direction"..Malia Metella : "Il ne faut pas hésiter a essayer des metiers differents et a changer de direction"....

….Malia Metella retired in 2009 following an eight-year career at the highest level and an Olympic silver medal. She attended journalism before working as an independent for a few years. She lost her main client and couldn’t find any work. She was forced to return to live with her mother in Toulouse. For two years, she struggled before finally being hired by the Allianz group. She worked in many positions at Allianz before discovering what she likes. Malia is also very involved in the sport nonprofit world and very close to her family.

..

Malia Metella prend sa retraite en 2009 après une carrière de huit ans au plus haut niveau et une médaille d’argent olympique. Elle entre en école de journalisme puis travaille en tant qu’indépendante pendant quelques années avant de se retrouver sans emploi. Ne trouvant pas de travail, elle est forcée de retourner vivre chez sa mère à Toulouse. Pendant deux ans, elle galère avant de finalement être embauchée et formée par le groupe Allianz. Elle passe par de nombreux postes avant de découvrir ce qui lui plait. Malia est très investie dans le monde associatif, toujours lié au sport et très proche de sa famille. ….

blob

….Tell us about your sporting career:

I started swimming in French Guiana and I joined the National Institute of Sport and Physical Education (INSEP) in 2000 at 18 years old. I participated in many international competitions from 2001 to 2009 including the Athens Olympics where I won a silver medal and the Beijing Olympics. I was a sprinter in 50 and 100m freestyle and 100m butterfly.

Did you pursue a dual-career at INSEP with sport and academics ?

Yes, this is compulsory at INSEP. I did a specialization in admin work and accounting in high school in Guiana. Then I did another specialization in Sales and got my baccalaureate. After that, I didn’t know what I wanted to do. I started a two-year degrees in Sales and Marketing which was offered at INSEP but I didn’t like it. I stopped and started SportCom which is the journalism program available on campus. This was in parallel to my preparation for the Beijing Olympics. I did my journalism internship at France 3 Toulouse during my second year.

When did you decide to retire from your sport?

After Beijing, I had doubts about my continuation and I shared these feelings with the SportCom program managers. At the time, they felt that high-level swimming was not compatible with journalism and they told me that I wouldn’t be able to graduate from journalism and they didn’t keep me. 2009 was my last year of swimming and I knew it. I trained much less. I participated in the world championships but I didn’t take pleasure anymore. The training had become very hard for me. I was on the verge of depression, burn out, I was almost disgusted by the sport.

..

Parles-nous de ta carrière sportive :

J’ai commencé la natation en Guyane et j’ai rejoins l’Institut National du Sport et de l’Education Physique (INSEP) en 2000 à 18 ans. J’ai participé à de nombreuses compétitions internationales de 2001 à 2009 y compris les JO d’Athènes ou j’ai gagné un médaille d’argent et les JO de Pékin. J’étais sprinteuse en 50 et 100m crawl et en 100m papillon.

Poursuivais-tu un double-projet sportif et académique?

Oui, c’est obligatoire à l’INSEP. J’avais fait un BEP Secrétariat-comptabilité en Guyane. J’ai fait un autre BEP en Vente action-marchande en un an au lieu de deux, puis j’ai passé mon Bac Pro. Après, je ne savais pas trop ce que je voulais faire. Je me suis embarquée dans le BTS Vente et Marketing qui était proposé en cursus à l’INSEP. Mais ca ne me convenait pas. J’ai donc arrêté et me suis redirigée sur SportCom qui est la filière journalisme disponible sur le campus. C’était en parallèle de ma préparation pour les JO de Pékin. J’ai fait mon stage à France 3 Toulouse lors de ma deuxième année.

Quand as-tu décidé de prendre ta retraite sportive?

Après Pékin, j’avais des doutes sur ma continuation et j’ai partagé ces questionnements avec les directeurs de la filière SportCom. A l’époque, ils estimaient que la natation de haut niveau n’était pas compatible avec le journalisme et ils m’ont dit que je ne pourrais pas avoir mon diplôme et qu’ils ne me gardaient pas. 2009 a donc été ma dernière année de natation et j’en étais consciente. Je me suis beaucoup moins entrainée. J’ai fait les championnats du monde mais je ne prenais plus de plaisir. Les entrainements étaient devenu très dur pour moi. J’étais au bord de la déprime, en burn out. Je n’avais plus envie, j’avais presque du dégout…..

….What did you do right after your retirement?

I wanted to do something else and discover a different industry. A friend, former tennis player, helped me find a school of journalism. I started in October and did my last two years of journalism school right after retiring from swimming.

How was this experience?

I was in a private journalism school with people who knew nothing about swimming and who didn’t know who I was. It was perfect for me. I started a completely different life, disconnected from the world of sport and swimming. It was my choice. I was curious and wanted to discover another world.

Meeting people from different backgrounds is something you've always liked?

Yes, when I was swimming, I was already very curious. I liked to meet people with business backgrounds. These were rare experiences but I took full advantage of them because I didn’t know what I wanted to do in life. Exchanging with people with different experiences gave me ideas. I kept all the business cards of the people I met. I stayed in touch with some and contacted them after my retirement.

Did these contacts help you later in your reconversion?

Yes, it gave me a lot of possibilities but, be careful, you can’t miss these opportunities. You have to, not only have the curiosity to meet people, but you also have to be interested in them. And the timing is very important. Follow-up is key and must be done during your athletic career. After your retirement, you become a person like everybody else and therefore you are not so attractive anymore. It is important to establish good relationships before the end of one's career.

..

Qu’as-tu fait juste après ton arrêt ?

Je voulais faire autre chose et découvrir un milieu autre que le sport. Un ami, ancien joueur de tennis, m’a aidé à trouver une école de journalisme. J’ai commencé en octobre et j’ai fait mes deux dernières années d’école juste après avoir arrêté de nager.

Comment s’est déroulée cette expérience ?

J’étais dans une école de journalisme privée avec des gens qui ne connaissaient rien à la natation et qui ne savaient pas qui j’étais. C’était parfait pour moi. J’ai commencé une vie complétement différente, déconnectée du monde du sport et de la natation. C’était mon choix. J’étais curieuse et souhaitais découvrir un autre monde.

Rencontrer des gens de milieux différents est quelque chose qui t’as toujours plu ?

Oui, quand je nageais, j’étais déjà très curieuse. J’aimais rencontrer des gens du milieu de l’entreprise. C’était des expériences rares mais j’en profitais au maximum car je ne savais pas ce que je voulais faire dans la vie. Echanger avec des personnes aux expériences diverses me donnait des idées. Je gardais toutes les cartes de visite des gens que je rencontrais. Je suis restée en contact avec certains et j’en ai recontacté quelques-uns après ma retraite.

Est-ce que ces contactes t’ont aidé par la suite pour ta reconversion ?

Oui, ca m’a donné beaucoup de possibilités mais attention, il ne faut pas les rater. Il faut, non seulement avoir la curiosité de rencontrer des gens, mais il faut également s’intéresser à eux. Et le timing est très important. Le suivi est clé et il faut le faire pendant ta carrière d’athlète. Après ta retraite, tu deviens une personne comme les autres et donc tu n’es plus aussi attractive. Il est donc important d’établir de bonnes relations avant la fin de sa carrière. ….

….What did you do after your journalism school?

From time to time, I have been a TV consultant for swimming competitions and for Canal + for the London Games. After graduating, I started working as a freelancer. I had only one client and was a self-entrepreneur. My client left after London and I found myself without a job. I could not pay my bills anymore. I didn’t know what to do. I had no choice but to go back to live with my mother in Toulouse. For two years, it was very very hard. I sent a lot of resumes to my contacts and to companies but I couldn’t find anything. I didn’t limit myself to journalism and tried to find work in any industry.

How did you manage this period?

It wasn’t such a bad experience. I have always had a very good relationship with my mother so it went very well with her. She was cooking and she was not alone at home anymore. I did not ask for help from my INSEP friends because some were still competing and others were also looking for work. I didn’t have anyone to talk to about my problems.

How did you figure things out?

In 2014, I had the idea to build my own swimsuit collection. I started drawing and then I went to visit a friend in Paris to help me with my collection. She was very frank and told me she could help but also that producing swimsuits wouldn’t allow me to survive. At that time, I remembered Allianz had a program in place to support top athletes. My friend knew someone who worked at Allianz so I contacted them. I passed the tests and the different stages of the recruitment process. It was expensive because, for each interview, I had to travel from Toulouse. I succeeded and I started at Allianz in wealth management. I didn’t know anything about it but I was happy to have found a job. I went back to live in Paris and started all over again.

How did you adjust to your new job?

For four months, I alternated between training and work. I had long days. I had to learn the protocols and operating systems of the company and I had homework in the evening!

What position did you start in?

I did a year in wealth management. It didn’t suit me at all. I struggled to talk to people about their personal finances. Before each customer meeting, I felt like I was going to compete! I was scared and stressed.

..

Qu’as-tu fait après l’école de journalisme ?

De temps en temps, j’étais consultante pour la TV pour les compétitions de natation et pour Canal+ pour les JOs de Londres.

Après avoir eu mon diplôme, j’ai commencé à travailler en tant qu’indépendante. Après les JO de Londres, ca c’est terminé. Je n’avais qu’un client quand j’étais auto-entrepreneur. Mon client m’a quitté et je me suis retrouvée sans boulot.

Je ne pouvais plus payer mes factures, je me suis retrouvée comme une clocharde. Je ne savais pas quoi faire. Je n’ai pas eu le choix et j’ai du retourné vivre chez ma mère à Toulouse.

Pendant deux ans, ca été très très dur. J’ai envoyé beaucoup de CV à mes contacts et à pleins de sociétés mais je ne trouvais rien. J’ai essayé de trouver du boulot dans tous les domaines possibles et de ne pas me limiter au journalisme.

Comment as-tu géré cette période ?

Je ne l’ai pas trop mal vécu. J’ai toujours eu une très bonne entente avec ma mère. Cela s’est très bien passé avec elle. Elle faisait la cuisine et elle n’était plus seule à la maison.

Je n’ai pas demandé d’aide à mes amis de l’INSEP car certains étaient encore en activité et d’autres étaient aussi en recherche d’un poste.

Je n’avais personne à qui parler de mes problèmes.

Comment t’en es-tu sortie?

En 2014, j’ai eu l’idée de monter ma propre collection de maillot de bain. Je me suis mise à dessiner. Je suis allée rendre visite à une amie à Paris pour qu’elle m’aide avec ma collection. Elle a été très franche avec moi me disant qu’elle pouvait m’aider mais me confiant également que produire des maillots de bain ne pourrait pas me permettre de vivre.

A ce moment-là, je me suis souvenue qu’Allianz avait monter un programme pour aider les athlètes de haut niveau. Mon amie connaissait quelqu’un qui travaillait chez Allianz et m’a mise en contact. J’ai passé les tests et les différentes étapes du processus de recrutement. C’était couteux car à chaque étape je devais venir de Toulouse mais j’ai réussi et je suis entrée à Allianz en gestion de patrimoine. Je n’y connaissais rien mais j’étais contente d’avoir trouvé un boulot. Je suis donc retournée vivre à Paris et j’ai recommencé de zéro.

Comment se sont passés ton retour et ton nouveau boulot?

J’ai fait quatre mois en alternance entre la formation et le travail en entreprise. J’avais des journées à rallonge. Je devais apprendre les protocoles et systèmes de fonctionnement de la boite. Et j’avais des devoirs le soir !

A quel poste as-tu commencé ?

J’ai fait un an de gestion de patrimoine. Ca ne me convenait pas du tout. J’avais du mal à aborder le sujet des finances personnelles avec mes clients. A chaque rendez-vous clientèle, j’avais l’impression de partir en compet’ ! J ‘avais la trouille et le stress montait. ….

….Have you changed positions?

Yes, they moved me to another position. I went from wealth management to social protection. It wasn’t necessarily better but I took the initiative to set up an event for very high-end clients. It worked well. I was lucky because the person who was in charge of events at headquarters left and I ended up replacing her. It was a discovery. I took care of the coordination of real estate conferences with partners and companies we sponsored. It was very formal. It lasted a year and a half and then they discontinued the position.

That’s bad luck. Did you leave Allianz after this job?

Every time I could sense a change in my position, I would begin to inquire about other jobs internally and outside the group. I have been lucky because I have always found something else. Since January, I am in the sports department at Allianz and I take care of hospitality events with the partners and network of the multidistribution. We have three networks: agents, employees and brokers and we give them tickets to sporting events which we receive through our sponsorships of sports clubs and federations.

What did you learn during your transition?

I had to question myself a lot. I had to change and not hesitate to take a different direction several times. Even if you studied a particular area, you can find an interesting job in another industry or profession. You shouldn’t hesitate to try other things.

Have you continued to play sports after the end of your career?

For three years, I didn’t do any sport. I had girlfriends who played sports for their pleasure. But for me, it was not conceivable. I completely stopped and obviously I gained weight. You do not realize it right away and when you do it's a bit late ;-).

A non-profit organization contacted me to participate in an ocean triathlon. I had to re-train for this project. I went to the pool the next day. I started swimming again. I did sports every day: jogging + swimming or swimming + weights. I told myself that I had to do lots of cardio to complete a triathlon. When I was swimming at a high level, my race lasted only 25 seconds and now I was preparing for a 25-minute race! It was recreational so still pretty fun. After the triathlon, I continued to train and I got pleasure in doing sports again. It allows me to escape and meet people.

..

As-tu changé de poste ?

Oui, ils m’ont change de poste. Je suis passée du patrimoine à la protection sociale. Ca ne convenait pas forcément mieux mais j’ai pris l’initiative de monter un événement pour les clients très haut de gamme. Ca a bien fonctionné. J’ai eu ensuite de la chance car la personne rattachée aux évènements au siège a changé de poste et je l’ai remplacé. Ca a été une découverte. Je m’occupais des conférences immobilières avec les partenaires et des évènements sportifs et culturels avec le groupe. C’était très protocolaire. Ca a duré un an et demi et ensuite ils ont supprimé le poste.

C‘est pas de chance. As-tu quitté Allianz après ce poste ?

A l’approche de chaque changement de poste, je commençais à me renseigner à l’interne et à l’extérieur du groupe. J’ai toujours eu de la chance car je suis toujours retombée sur mes pieds. Depuis Janvier, je suis dans la filière sport d’Allianz et je m’occupe des hospitalités avec les partenaires et les réseaux de la multidistribution. Nous avons trois réseaux : les agents, les salariés et les courtiers et on leur donne des  billets que nous recevons grâce à nos partenariats avec des clubs de sport et des fédérations.

Qu’as-tu appris pendant ta transition ?

J’ai du beaucoup me remettre en question. J’ai du changer et ne pas hésiter à changer de direction plusieurs fois. Même si tu as fais une école particulière, tu peux trouver un boulot qui t’intéresse dans un milieu ou métier complètement diffèrent de ce que tu as étudié. Il ne faut pas hésiter et il faut essayer d’autres choses.

As-tu continué à faire du sport après la fin de ta carrière ?

Pendant trois ans, je n’ai fait aucun sport. J’avais des copines qui faisaient du sport pour leur plaisir. Mais pour moi, ce n’était pas concevable. J’ai complètement arrêté le sport et évidemment j’ai pris du poids. Tu t’en rend pas compte tout de suite et quand tu t’en rend compte c’est un peu tard ;-).

Une association m’a contacté pour participer à un triathlon en mer et j’ai du me re-entrainer pour ce projet. Je suis partie à la piscine le lendemain. Je me suis remise à la natation. Je faisais du sport tous les jours : footing + natation ou natation + musculation. Je me suis dit qu’il fallait que je fasse du cardio pour pouvoir tenir un triathlon. Quand je nageais à haut niveau, ma course ne durait que 25 secondes et désormais je me préparais pour un truc de 25 minutes donc il fallait vraiment s’y remettre ! C’était amateur donc assez fun.  Après le triathlon, j’ai continué à m’entrainer et ca m’a redonnée le plaisir du sport. Ca me permet de m’évader et de rencontrer du monde. ….

PHOTO-2018-11-16-08-16-26.jpg

….Is it easy to play sports in Paris and with your job?

When I returned to Paris, it was difficult to continue to exercise. I did not practice regularly. A few years ago, I had a lumbago and I needed to get back into it for my health. I had to find my rhythm to be able to combine work, sport and enjoy life and my friends. I do sports in the morning. I got up half an hour earlier and I practice at home, mainly cardio training. I follow programs such as: thigh-glutes, abdo-glutes. I really try to vary so I do not get bored.

..

Est-ce facile de faire du sport à Paris et avec ton métier ?

Quand je suis retournée à Paris, ca a été compliqué de continuer à faire du sport. Je ne pratiquais pas de façon régulière. Il y a quelques années, j’ai eu un lumbago et j’ai eu besoin de me remettre au sport pour ma santé. Il a fallu que je trouve mon rythme pour pouvoir combiner le boulot, le sport et profiter de la vie et de mes amis. Je fais donc du sport le matin. Je me leve une demi-heure plus tôt et je fais du sport à la maison, essentiellement du cardio-training en suivant des programmes à la télé : cuisse-fessiers, abdo-gainage. J’essaie vraiment de varier pour ne pas m’ennuyer. ….

PHOTO-2018-11-16-08-16-25.jpg

….You swim ?

Well .... No !

Not at all ?

Not really. But this year, I had to swim for the Allianz internal Olympic Games. So I had to train. I practiced between noon and two. And I must say I didn’t miss the smell of chlorine! I trained for four months. It allowed me to get into a master swim team. It was pretty cool, I had no pressure. But in general it's difficult to swim in Paris. There aren’t a lot of pools.

Do you miss your teammates or being part of a group?

No, it don’t miss it at all. I made other friends.

Are you still in contact with the swimmers of your generation?

Yes. In 2015, I even prepared an alumni reunion. I tried to bring together several generations of swimmers for this event. With social media, it's also easier to keep in touch.

Are there things you miss about your sporting career?

I am able to experience with work what I experienced in my sporting career. For example, if I work hard on a project and my manager is very happy with the result then I feel the same emotions I did as an athlete and I am very proud of myself. It's not exactly the same, but it's pretty similar.

Did you suffer from an identity crisis after retiring?

Not really. I didn’t suffer from a lack of recognition and I didn’t feel pressured by time. For now, I am taking the time to develop my career. I had a first life and I know you have to be patient to develop a second life.

Do you have other interests outside of work?

I volunteer for a lot of non-profit organizations for children, against cancer and quite a lot in sports too. I am also invited to events. I was very involved in the campaign for Paris 2024. I am an ambassador for the Rugby World Cup 2023.

..

Tu nages ?

Eh…. Non !

Pas du tout ?

Non pas vraiment. Mais cette année j’ai du nager pour les jeux olympiques internes d’Allianz. Donc j’ai du m’entrainer. Je m’entrainais entre midi et deux. Et je dois dire que sentir le chlore ne m’a pas manqué ! Je me suis entrainée pendant 4 mois. Ca m’a permis de rentrer dans un groupe de master. C’était assez sympa, je ne me suis pas mise la pression. Mais de façon générale, c’est difficile de nager à Paris. Il n’y a pas beaucoup de bassin.

Est-ce que tes potes de la natation te manquent ?

Non, ca ne m’a pas du tout manqué. Je me suis fait d’autres amis.

Es-tu encore en contact avec les nageurs de ta génération ?

Oui. En 2015, J’ai même préparé un regroupement de tous les anciens nageurs. J’ai essayé également de regrouper plusieurs générations pendant cet évènement. Avec les réseaux sociaux c’est également plus facile de garder le contact.

Est-ce qu’il y a des choses qui te manque de ta carrière sportive ?

Je vis au boulot ce que j’ai vécu dans ma carrière sportive. Par exemple, si je bosse beaucoup sur un projet et que mon manager est super content du résultat alors je ressens les mêmes émotions que quand j’étais athlète et je suis super fière de moi. Donc je retrouve un petit peu la même chose. Ce n’est pas exactement pareil mais c’est assez similaire.

As-tu souffert d’une crise identitaire après avoir arrêté de nager ?

Non pas vraiment. Je ne souffre pas d’un manque de reconnaissance et je ne me sens pas poussée par le temps. Pour l’instant je me laisse du temps pour développer ma carrière professionnelle. J ‘ai eu une première vie et je sais qu’il faut être patiente pour développer une deuxième.  

As-tu d’autres intérêts en dehors du boulot ?

Non pas vraiment. Même si je suis assez présente dans le milieu du sport. Je suis invitée sur des évènements. J’ai été très impliquée dans la campagne pour Paris 2024. Je suis ambassadrice pour la coupe du monde de Rugby 2023. J’interviens beaucoup de façon bénévole pour des associations : pour les enfants, contre le cancer. ….

….Are you still involved with French Guiana?

No, but I'm going back soon. It's been many years since I returned to Guiana. After my career, I organized swimming training camps there for young people. I organized everything and it was a success but unfortunately, I could not renew the project because there was no longer any funding.

 Did you start your swimsuit collection?

No. I still have the catalogs. Even after starting at Allianz, I was still looking to launch my collection. I even met Laura Manaudou former agent/lawyer about it. But he told me it would be very difficult. But I still haven’t given up and I continue to talk to people about it just in case. 

Will you go to Tokyo?

Yes, but I would prefer to go before the Olympics to enjoy it more. It is a country that attracts me and I would like to discover it quickly.

Do you miss travelling?

Traveling is really the positive of an athlete’s career. But I don’t miss it for the moment.

What skills did you transfer from your sporting life to your professional life?

I began to realize during my years in Sales that I had learned a lot through sport.

For example, I would attend an appointment and afterwards I would realize I had forgotten to mention certain points. So, I would call the client back to make sure I covered all the key points. I think it really comes from sport. I am always looking for ways to make my meetings a success.

..

Es-tu encore active avec la Guyane ?

Non, mais j’y retourne bientôt. Ca fait de nombreuses années que je n’y suis pas retournée en Guyane. Apres ma carrière, j’ai organisé des stages de natation en Guyane pour les jeunes. En un an, j’ai tout préparé et ca a été un succès mais malheureusement, je n’ai pas pu renouveler le projet car les financements ne suivaient plus.

As-tu lancé ta collection de maillot ?

Non. J’ai encore les catalogues. Pourtant même après être entrée chez Allianz, je cherchais encore à lancer ma ligne de maillot.  J’ai même rencontre l’ancien avocat (agent) de Laure Manaudou à ce sujet. Mais il m’a dit que c’est vraiment difficile. Mais je n’ai toujours pas renoncé et je continue d’en parler autour de moi juste au cas ou.

Vas-tu aller à Tokyo ?

Oui, mais je préfèrerais y aller avant les JO afin d’en profiter plus. C’est un pays qui m’attire et que je souhaiterais le découvrir très rapidement.

Est-ce que les voyages te manquent ?

Les voyages c’est vraiment quelque chose de très positif pour un athlète. Mais ca ne manque pas pour le moment.

Quelles compétences as-tu transféré de ta vie sportive a ta vie professionnelle ?

J’ai commencé à me rendre compte pendant mes années en tant que commerciale que j’avais beaucoup appris à travers le sport. Par exemple, je participais à un rendez-vous et après coup je me rendais compte que j’avais oublié de mentionner certaines choses. Du coup, je rappelais le client pour m’assurer d’avoir couvert tous les points clés. Je pense que cela vient vraiment du sport. Je cherchais toujours un moyen pour que mon rendez vous soit un succès. ….

PHOTO-2018-11-16-08-16-29.jpg

….There are many other skills that come from sport: I take initiatives and I am often propose new ideas, I do not give up, I seek solutions and am attentive to the customer needs. You also really have to know how to bounce back. Thanks to sport you never give up.

In the life of a high level athlete, attendance at training is key even if you are sick and I follow the same rule in my professional life, I am present every day. I never ask for sick leave. I also have a lot more energy and mental strength than other people. I am able to use feedback and criticism to progress in my job and in life.

I have good people skills. I am able to chat with anyone and work with people from all walks of life. It's seems like a small skill but it allows you to have lots of contacts and it opens doors.

As an athlete, you develop an incredible range of skills but you only realize it once you start working.

Now that you have perspective, would you change the way you transitioned?

Yes completely. I could have done a lot better. I should have been more curious and ask more questions. Apart from that, I would certainly have done the same thing. For example, my journalism school has served me well and allows me to approach research or topics in a structured way.

Who supported you during your transition?

At INSEP, the topic of life after sport was never really discussed. The dual project Sport-Academics is compulsory but the transition isn’t a topic of conversation with the coaches or between athletes. A former athlete helped me find my school of journalism but that's all.

On the other hand, the dual project was very important for my stability. It allowed me to have something else besides swimming. I needed to educate myself and think of something else.

Follow Malia on LinkedIn, Facebook, Instagram and Twitter.

..

Il y a pleins d’autres compétences qui me viennent du sport: Je prends des initiatives et je suis souvent force de proposition, je ne baisse pas les bras, je cherche des solutions et suis attentive au retour du client. Il faut vraiment savoir rebondir. Et ca, ca vient vraiment du sport où tu ne baisses jamais les bras. Dans la vie de sportif de haut niveau, tu es toujours présente à l’entrainement même si tu es malade et bien je fais pareil dans ma vie professionnelle, je suis présente tous les jours. Je ne pose jamais de congé maladie.

J’ai également beaucoup plus d’énergie et de force mentale qu’une personne lambda. Je suis capable d’utiliser les retours et les critiques afin de progresser dans mon métier et dans la vie. J’ai le contacte avec les gens. Je suis capable de discuter avec n’importe qui et de travailler avec des gens de tous horizons. C’est tout bete mais ca permets d’avoir pleins de contacts et d’ouvrir pleins de portes.

En tant qu’athlète, tu développes un panel de compétences incroyables mais tu ne t’en rends compte qu’une fois dans la vie active.

Maintenant que tu as du recul, changerais-tu la façon donc tu t’es reconvertie ?

Oui complètement. J’aurais pu beaucoup mieux me préparer. J’aurais du être plus curieuse et avoir posé plus de questions. En dehors de cela, j’aurais certainement fait la même chose. Par exemple, mon école de journalisme m’a beaucoup servie et me permets d’aborder la recherche ou les sujets de façon structurée.

Certaines personnes t’ont-elles aidées pendant ta transition ?

A l’INSEP, le sujet de la reconversion n’a jamais vraiment été abordé. Le double projet est obligatoire mais la reconversion n’est pas un sujet de conversation avec les entraineurs où entre athlètes. J’ai été aidé par un ancien athlète pour trouver mon école de journalisme mais c’est tout.

En revanche, le double projet a été très important pour ma stabilité. Cela m’a permis d’avoir autre chose en dehors de la natation. J’avais besoin de m’instruire et de penser à autre chose.

Suivez Malia sur LinkedIn, Facebook, Instagram et Twitter.

….